Pirates des Caraïbes: La Fontaine de Jouvence (de Rob Marshall)

26 mai

Un Tricorne, un sabre, un pistolet et des bottes de cuir, pas de doute, Jack Sparrow, pardon, le Capitaine Jack Sparrow est de retour, et remet le couvert dans Pirates des Caraïbes: La Fontaine de Jouvence qui se trouve être la quatrième aventure du plus célèbre pirate de l’histoire du cinéma.

Avec ce nouvel opus, s’ouvre une nouvelle histoire, une nouvelle trilogie. En effet, on ne retrouve que quelques personnages des trois premiers volets (Jack, évidemment, mais aussi Barbossa et Gibbs). Le réalisateur a donc pu se diriger vers de tous nouveaux horizons et recommencer à voguer dans des eaux encore inconnues. Cette fois, c’est un autre pirate célèbre qui va poser des problèmes à Jack. Le terrible Barbe Noire! Et c’est une course contre la montre qui va alors débuter, entre la vie et la mort (comme à chaque fois me direz-vous).

Je parle plus haut d’une "nouvelle trilogie", car j’ai ouïe dire qu’un Pirates des Caraïbes 5 & 6 seraient prévus. J’imagine que la licence doit avoir le vent en poupe pour prévoir encore deux films! Pour ma part, je me réjouis, car même après quatre films, Pirates des Caraïbes a su garder son cap et me fascine toujours autant. Le côté fantastique est plus que jamais présent, et mêle encore une fois réalité et légendes populaires (Davy Jones, le Hollandais Volant et le Kraken dans Pirates des Caraïbes 2 & 3, Barbe Noire et la Fontaine de Jouvence dans le dernier sont, par exemple, des éléments faisant partie de notre culture) dans son scénario à merveille. Pour les curieux, allez vous renseigner, car tous les éléments de Pirates des Caraïbes tirent leurs sources de témoignages et de mythes et sont extrêmement bien retranscrits et adaptés dans les longs métrages.

Visuellement, rien à redire. Les décors savent créer l’ambiance désirée et nous donnent envie de nous enrôler sur un rafiot craquant de la coque au pont, un sabre à la main et de partir écumer les mers. On a surtout envie de monter sur le Quenn Anne’s Revenge, le bateau de Barbe Noire (bateau qu’il aurait réellement commandé, mais j’étais pas là alors je ne sais pas…) parce que côté casting c’est plutôt pas mal: Johnny Depp pour les femmes et la somptueuse Penélope  Cruz pour les hommes.

Cependant, il y a deux points qui m’ont dérangé dans ce quatrième volet. Le premier concerne le scénario. Il y a une histoire d’amour entre une sirène et un homme d’église (jusque là tout va bien, ça peut arriver), qui n’apporte rien (non mais vraiment rien) du tout au film, et qui finit en queue de sirène (pour ne pas dire poisson) et qui est incroyablement niaise. Les dialogues entre les deux personnages sont aussi utiles au scénario que la touche # de votre téléphone et aussi profonds que les abysses d’un pot de yogourt (à la fraise). Le deuxième point décevant, est la 3D. Elle n’apporte vraiment rien, si ce n’est une désagréable sensation sur le haut de vos oreilles à cause des lunettes… La 3D est tellement peu utilisée qu’il est possible de regarder le film sans les lunettes.

Mise à part ces deux petits bémols, je vous conseille vraiment d’aller voir ce film. Une excellente distraction, qui rappelle au fans de la première heure de bons vieux souvenirs de matelots, et réveille chez les autres leur âme d’enfant qui voulait tant être pirates étant petit.

Partez donc à l’abordage des salles de cinéma!

Note: 7/10

Tuleu

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d bloggers like this: